Guy Leclair

Député de Beauharnois

Circulation sur le boul. Mgr Langlois : « Il y a eu plus de ministres que de résultats! »
vendredi 17 novembre, 2017
Facebook

Alors que le problème de la circulation lourde sur Mgr. Langlois perdure depuis près de cinq années, le député de Beauharnois, Guy Leclair, est indigné face au désintérêt du gouvernement libéral dans ce dossier.

« C’est le quatrième ministre des Transports qui prend les commandes de ce ministère depuis 2014. À chaque remaniement, je rencontre le nouveau venu pour lui parler de l’enjeu du boulevard Mgr. Langlois. Jusqu’à maintenant, je constate qu’il y a eu plus de ministres que de résultats dans ce dossier », déplore Guy Leclair.

Aux yeux du député de Beauharnois, l’enjeu de Mgr. Langlois est loin d’être une priorité pour le gouvernement Couillard. « Un paquet de dossiers au ministère des Transports suivent leur cours et passent d’un ministre à l’autre avec succès. Mais, chaque fois que je discute du dossier de la route 201 avec un nouveau ministre des Transports, c’est comme si je lui apprenais que la terre était ronde et qu’il n’avait pas été mis au courant! » s’insurge le député.

Afin d’illustrer l’absence totale de suivi dans ce dossier de la part du gouvernement Couillard, Guy Leclair parle d’un projet pilote qui n’a jamais vu le jour ainsi que des travaux qui tardent à obtenir leurs approbations pour l’ouverture de la rue Mocco, laquelle vise à alléger la circulation sur le boulevard Mgr. Langlois.

« Depuis que les médias ont parlé d’un potentiel projet pilote pour amenuiser l’impact de la circulation lourde sur le boulevard, rien ne s’est concrétisé. La ministre Lucie Charlebois a laissé entendre qu’une décision était prise, mais que le gouvernement attendait le résultat des élections municipales. Près de deux semaines se sont passées depuis sa déclaration. Ça fait cinq ans que les citoyens et citoyennes endurent la situation. Qu’attend la ministre ? » s’interroge le député de Beauharnois.

Bien que le député comprenne tout à fait la lassitude des résidents et résidentes de la région, il estime que le dossier est loin d’être clos. « Je ne lâcherais pas le morceau. Ce n’est pas vrai que rien ne va bouger dans ce dossier. Le gouvernement devra répondre de son inaction », conclut Guy Leclair.

À DÉCOUVRIR
Activités régionales