Guy Leclair

Député de Beauharnois

« Le gouvernement libéral doit réparer son erreur »
mardi 31 janvier, 2017
Facebook
Twitter
Réagissant à la nouvelle hausse des tarifs au pont à péage Serge-Marcil qui entrera en vigueur le 1er février, le député de Beauharnois enjoint le gouvernement libéral à réparer l’erreur qu’il a commise lorsqu’il s’est engagé à réaliser l’autoroute 30 en partenariat-public-privé (PPP).  
 
« En signant un contrat avec un consortium privé pour construire cette partie de l’autoroute, les libéraux se sont liés les mains et a placé les citoyennes et citoyens dans une situation intenable. Il faut savoir que le principal problème d’un PPP est que si le contrat comporte une ou des failles, il est pratiquement impossible d’apporter des modifications avant la fin du contrat en question. Dans le cas de la 30, on parle de rien de moins que 30 ans », a déploré Guy Leclair. 
 
Selon le député de Beauharnois, les failles seraient en effet nombreuses dans le contrat unissant A30 Express au gouvernement du Québec. « Tout d’abord, le poste de péage doit être le seul au monde qui ne permet pas une réelle économie de temps. Pour un véhicule qui cherche à aller rejoindre l’autoroute 20 à partir de la 30, le gain n’est que de quelques petites minutes tout au plus. Ensuite, les hausses de tarifs permises ne sont déterminées que par l’achalandage. Cela signifie que le consortium pourra augmenter ses prix tant et aussi longtemps que le nombre de véhicules qui emprunte la 30 connaitra une croissance. Puisque le parc automobile augmente année après année, les hausses pourraient donc être pratiquement infinies. Si vous croyiez en avoir fini avec les hausses, il faudra peut-être s’en faire une habitude » a mentionné le député de Beauharnois. Ce dernier a d’ailleurs tenu à rappeler qu’en 4 ans, les hausses de tarifs avaient été de 78 % pour les véhicules lourds et de 87 % pour les autres véhicules. 
 
« Dans les circonstances, il n’est pas surprenant de voir les véhicules lourds opter en grand nombre pour le boulevard Mgr Langlois. Leur comportement est tout simplement rationnel. Personne n’accepterait d’absorber une telle hausse si contourner le péage n’est pas vraiment plus long. Le vrai problème, c’est le contrat bâclé qu’ont signé les libéraux », a affirmé Guy Leclair. 
 
Les gains en temps ne pouvant devenir un incitatif suffisant pour attirer les camions vers le pont à péage Serge-Marcil, le député de Beauharnois considère que c’est au gouvernement d’agir pour rendre les tarifs plus attrayants pour les camionneurs. « Je suis persuadé qu’un gouvernement qui peut se permettre de verser 800 millions $ en trop aux médecins pourra trouver une minime fraction de cette somme pour soulager les résidents et les commerçants de Salaberry-de-Valleyfield qui voient leur qualité de vie et leur chiffre d’affaires grandement affectés par la situation », a-t-il mentionné.      
 
Le député a d’ailleurs rappelé que le gouvernement empoche lui-même une partie des revenus tirés du poste de péage. De 2012 à 2015 ces profits se sont chiffrés 20, 9 millions $. Ce chiffre gonflera à nouveau lorsque les données pour 2016 seront disponibles. « L’utilisation de ces sommes pourrait donc permettre de régler une partie du problème à coût nul. Ce n’est agréable pour personne de devoir en arriver à cette conclusion, mais l’inaction serait encore pire. Les libéraux ont cru s’en tirer à bon compte en optant pour un PPP, mais ils se sont tout simplement plantés. À eux maintenant de prendre leurs responsabilités et de réparer leur bourde », a conclu Guy Leclair.
À DÉCOUVRIR
Activités régionales